Découverte des amphores

L’île de Pag, baie Vlaška Mala: Naufrage d’un bateau commercial romain transportant des amphores, Ier siècle avant Jésus-Christ

Les anciens Grecs ont apporté à l’Adriatique l’idée de l’amphore comme récipient pour le transport du vin, de l’huile et d’autres produits, mais c’est à l’époque romaine que cet objet fut utilisé dans un commerce bien organisé en Méditérranée. Ces amphores en céramique, un matériel pouvant résister aux influences naturelles pendant des milliers d’années, nous permettent de découvrir et d’explorer des vestiges des bateaux naufragés, et donc d’étudier les activités maritimes et l’économie de cette époque.

Les Croates ont été agréablement surpris en découvrant les restes du bateau commercial qui coula avec ses amphores au Ier siècle avant Jésus-Christ près de la côte est de l’île de Pag, dans le chenal du Velebit, plus précisément dans la crique Vlaška Mala.

Au printemps 2004, monsieur Dražen Peranić de Stara Novalja annonça l’existence du site archéologique après avoir découvert une centaine d’amphores et deux barres en plomb d’ancres antiques.

Il a été constaté par des analyses scientifiques que les amphores sont de type Lamboglia 2, utilisé pour le transport du vin de la moitié du IIe siècle jusqu’à la fin du Ier siècle avant J.C. Les amphores étaient destinées au marché de l’Adriatique et au marché de la Méditerranée de l’est. Il existe des preuves de la production de ces amphores sur la côte ouest de l’Adriatique, ainsi que des indications qu’elles étaient fabriquées sur la côte est également. Sur l’une des amphores, on a trouvé le cachet TIMO, que le fabricant utilisait pour marquer les séries d’objets fabriqués.

En dehors des amphores et des restes d’ancres, on a trouvé sur le site d’autres objets qui appartenaient au bateau naufragé. On a trouvé quatre bols en céramique et la partie basse d’une meule de pierre pour céréales. Tous ces objets faisaient partie de l’équipement de la cuisine du navire. Lors des excavations archéologiques autour du site, on a trouvé le poids en plomb qui était utilisé pour mesurer la profondeur.

Le site archéologique est protégé depuis 2004, et il est accessible à tous les « visiteurs sous-marins ».